Partage doctrinal du 10/02/2019

Partage doctrinal du 10/02/2019

Le fatalisme est-il biblique ?

Extrait d’un début de réponse au fatalisme théologique:

Gotquestions.org: qu’est-ce que le fatalisme ?

Voici le fondement du fatalisme théologique : Dieu est omniscient ; sa prescience est donc infaillible ; or, sʼil sait dʼavance de manière infaillible que demain, vous tondrez la pelouse, il est absolument certain que vous le ferez. 

Le libre arbitre nʼexiste donc pas, puisque vous nʼavez pas dʼautre choix que de tondre la pelouse. Si vous ne le faites pas, alors Dieu nʼest pas omniscient. Si vous le faites, vous nʼêtes pas libre, puisque vous nʼavez pas pu choisir de ne pas le faire. 

On pourrait répondre ainsi : Dieu est omniscient ; étant omniscient, il est aussi infaillible ; donc, Dieu sait de manière infaillible que demain, vous choisirez librement, non pas obligation ou absence de libre arbitre, de tondre la pelouse. Vous êtes toujours libre de le faire : Dieu connaît tout simplement vos choix à lʼavance. Vous nʼêtes pas obligé de choisir de tondre la pelouse, pas plus que de plutôt jouer au tennis. Si vous alliez changer dʼavis, Dieu lʼaurait su aussi. Vous restez donc entièrement libre et feriez toujours les mêmes choix (librement) si Dieu choisissait de ne pas voir lʼavenir. Sa connaissance de lʼavenir nʼaltère pas votre libre arbitre…..

Il y a une phrase très importante dans ce texte “si Dieu choisissait de ne pas voir lʼavenir”.

Un raisonnement sur base d’affirmations théologiques fondamentales nous conduit droit dans une impasse car Dieu dépasse de très loin notre compréhension rationnelle.

3 versets bibliques nous prouvent qu’il y a plusieurs futurs possibles car Dieu nous laisse le libre arbitre :

Jérémie 26.2-3►

 Ainsi parle l’Éternel: Tiens-toi dans le parvis de la maison de l’Éternel, et dis à ceux qui de toutes les villes de Juda viennent se prosterner dans la maison de l’Éternel toutes les paroles que je t’ordonne de leur dire ; n’en retranche pas un mot. Peut-être écouteront-ils, et reviendront-ils chacun de leur mauvaise voie ; alors je me repentirai du mal que j’avais pensé leur faire à cause de la méchanceté de leurs actions.

 

Jérémie 36.1-3►

La quatrième année de Jojakim, fils de Josias, roi de Juda, cette parole fut adressée à Jérémie de la part de l’Éternel, en ces mots: Prends un livre, et tu y écriras toutes les paroles que je t’ai dites sur Israël et sur Juda, et sur toutes les nations, depuis le jour où je t’ai parlé, au temps de Josias, jusqu’à ce jour. Quand la maison de Juda entendra tout le mal que je pense lui faire, peut-être reviendront-il chacun de leur mauvaise voie ; alors je pardonnerai leur iniquité et leur péché

Dans ces deux passages Dieu “tente” de ramener des hommes à la raison par l’intermédiaire du prophète, ce qui échoue.

Les lamentations de Jérémie sont célèbres pour montrer la profonde dépression du prophète devant la dureté de cœur de son peuple.

Cela semble être un paradoxe théologique: si Dieu savait qu’ils allaient continuer dans l’erreur pourquoi “tente-t-il le coup” ?

Ou alors Dieu ne savait pas, et pourtant il sait tout ?

Genèse 6.6►

Et l’Eternel se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre, et il fut affligé dans son coeur. Et l’Eternel dit : J’effacerai de dessus la terre l’homme que j’ai créé, depuis l’homme jusqu’au bétail, aux reptiles et aux oiseaux des cieux, car je me repens de les avoir faits. 

En Genèse c’est le même paradoxe, Dieu semble déçu de ce que fait l’homme, en quelque sorte désagréablement surpris.

En fait la question n’est pas de comprendre si Dieu sait ou pas mais de comprendre si Dieu VEUT savoir, ce qui est autre chose.

N’oublions pas cet autre paradoxe équivalent: Dieu peut tout mais si une personne refuse de l’écouter il ne le forcera pas.

Ce n’est pas qu’il ne peut pas c’est qu’il VEUT lui laisser le libre arbitre.

En fait, il AIME se laisser surprendre par l’homme, il faut se souvenir que Sa volonté est première.

Le passage suivant nous montre comment l’omniscience de Dieu doit se comprendre : il connaît tout les futurs possibles

Psaumes 139.1-4►

Eternel, tu m’as sondé et tu m’as connu. 
Que je sois assis ou debout, tu en as connaissance ;
Tu découvres de loin ma pensée, 
 Tu me vois marcher et me reposer
Et tu as une parfaite connaissance de toutes mes voies
 Car la parole n’est pas sur ma langue,
Que voici, Eternel, tu connais déjà tout. 

Les prophètes sont très habitués a composer avec plusieurs futurs possibles: les messages sont loin d’être toujours entendus et les destins prévus par Dieu changent si les personnes persistent à ne pas écouter.

Ce psaume confirme également le plan individuel pour chacun, qui est un potentiel.

Psaumes 139.16

Quand j’étais là en germe, tes yeux me voyaient,
Et sur ton livre ils étaient tous inscrits,
Les jours qui m’étaient destinés,
Avant qu’aucun d’eux existât. 

Ce texte ne précise pas le nombre de jours destinés, mais il y en a en fait énormément car Dieu a une parfaite connaissance de toutes les voies: les voies humaines c’est à dire l’ensemble des destinées possibles.

Il y a bien une responsabilité individuelle de chacun qui fait des choix dont découlent des voies plus ou moins éloignées de la voie de Dieu.

Jérémie 17.10►

Moi, l’Eternel, qui sonde les coeurs et qui éprouve les reins, et cela pour rendre à chacun selon ses voies, selon le fruit de ses actions.

En fait tout se passe comme ci Dieu prévoyait des rendez-vous, mais nous pouvons louper chaque rendez-vous, Dieu met alors un autre plan en place, une autre configuration avec d’autres destins selon notre obéissance.

Nous voyons ce déroulement dans Jonas 2

Jonas 2

Et l’Eternel fit venir un grand poisson pour engloutir Jonas. Et Jonas fut dans les entrailles du poisson trois jours et trois nuits ; et des entrailles du poisson, Jonas fit requête à l’Eternel son Dieu.Il dit : J’ai appelé l’Eternel dans ma détresse, et il m’a répondu ; du sein du sépulcre, j’ai crié au secours : tu as entendu ma voix. Tu m’as jeté dans l’abîme, au coeur des mers, et l’onde m’environnait. Tous tes flots et tes vagues avaient passé sur moi. Et moi j’avais dit : Je suis chassé de devant tes yeux. Si je revoyais seulement ton saint temple ! Les eaux m’avaient environné jusqu’à l’âme, l’abîme m’entourait. L’algue baignait ma tête. J’étais descendu jusqu’aux racines des montagnes. La terre avait ses verrous tirés sur moi pour toujours ; et tu as fait remonter ma vie de la fosse, Eternel, mon Dieu ! Quand mon âme défaillait en moi, je me suis souvenu de l’Eternel, et ma prière est parvenue jusqu’à toi, dans ton saint temple. Ceux qui s’adonnent à ce qui n’est que néant se privent de la grâce. 
 Mais moi je t’offrirai mon sacrifice, en disant ta louange. Ce que j’ai voué, je le rendrai. Le salut est à l’Eternel. Et l’Eternel parla au poisson, qui vomit Jonas sur le sec.

Dieu construit le chemin en agissant sur le grand poisson pour arriver au rendez-vous: la très belle prière prophétique de Jonas qui nous parle de la résurrection de Jésus, préfigurant notre nouvelle naissance.

Nous pouvons tout à fait imaginer que ce rendez-vous avec la belle prière prophétique puisse se passer ailleurs que dans le ventre du grand poisson, avec quelque variantes de forme mais pas de fond: c’est la fuite du prophète par la mer qui déclenche la configuration.

Nous retrouvons plusieurs éléments caractéristique de la volonté de Dieu:

  • Jonas a le libre arbitre de fuir la volonté de Dieu par la mer, son libre arbitre est par contre très limité en temps que prophète puisque Dieu le récupère rapidement
  • Dieu a choisit Jonas car il connaissait son intention de fuir, ce qui permettait de faire de son histoire un excellent enseignement sur l’amour de Dieu pour nous qui lisons le texte.
  • Jonas a réussit sa mission, avec plusieurs rendez-vous
  • Dieu a configuré le chemin en fonction des réactions de Jonas

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *