Partage doctrinal du 27/01/2019

Partage doctrinal du 27/01/2019

Matthieu 15.10-14►

Et ayant appelé à lui la foule, il leur dit : Ecoutez et comprenez :  ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme ; mais ce qui sort de la bouche, c’est là ce qui souille l’homme.  Alors ses disciples s’approchant, lui dirent : Sais-tu que les pharisiens, en entendant ces paroles, ont été scandalisés ? Mais il leur répondit : Toute plante que mon Père céleste n’a point plantée sera déracinée. Laissez-les ; ce sont des aveugles conducteurs d’aveugles. Que si un aveugle conduit un aveugle, ils tomberont tous deux dans la fosse.

Ainsi toute église que Dieu ,n’a pas plantée sera déracinée ?

Donc une église qui est toujours là a bien été voulue par Dieu ?

Et pourtant l’église d’Ephèse, sans reproches pour Paul, est finalement tombée dans Apocalypse .

Apocalypse 2.5►

Souviens-toi donc d’où tu es déchu, et repens-toi, et fais tes premières oeuvres

Un autre passage nous permet de mieux comprendre la parabole de la plante déracinée

Matthieu 13.24-30►

Il leur proposa une autre parabole, disant : Le royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé de bonne semence dans son champ. Mais, pendant que les hommes dormaient, son ennemi vint et sema de l’ivraie parmi le blé, et s’en alla. Or quand l’herbe eut poussé et eut produit du fruit, alors l’ivraie parut aussi. Et les serviteurs du maître de la maison vinrent à lui et lui dirent : Seigneur, n’as-tu pas semé de bonne semence dans ton champ ? D’où vient donc qu’il porte de l’ivraie ? Et il leur répondit : C’est un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui dirent : Veux-tu donc que nous allions la cueillir ? Mais il dit : Non, de peur qu’en cueillant l’ivraie, vous ne déraciniez le blé en même temps. Laissez-les croître tous deux ensemble jusqu’à la moisson ; et au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Cueillez premièrement l’ivraie, et liez-la en gerbes pour la brûler ; mais, quant au blé, amassez-le dans mon grenier. 

Ainsi, le temps évoqué est celui de la moisson, c’est à dire certainement pas à court terme.

Matthieu 13.36-43►

Alors, ayant renvoyé la foule, il entra dans la maison ; et ses disciples s’approchèrent de lui, disant : Explique-nous la parabole de l’ivraie du champ.  Il répondit et dit : Celui qui sème la bonne semence, c’est le fils de l’homme. Le champ, c’est le monde. La bonne semence, ce sont les fils du royaume. L’ivraie, ce sont les fils du malin. L’ennemi qui l’a semée, c’est le diable. La moisson, c’est la consommation du temps ; et les moissonneurs sont les anges. Comme donc on arrache l’ivraie, et qu’on la brûle dans le feu, il en sera de même à la consommation du temps. Le fils de l’homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales, et ceux qui font l’iniquité. Et ils les jetteront dans la fournaise du feu ; là seront les pleurs et le grincement des dents.  Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Que celui qui a des oreilles entende ! 

Dans la phrase Toute plante que mon Père céleste n’a point plantée sera déracinée Jésus parle « selon le temps de Dieu », qui n’est pas le notre.

Cela illustre notre tendance a vouloir se rassurer ici et maintenant , à ramener les dimensions de la Parole a ce qui nous arrange en déclarant “si cette église tient debout c’est certainement qu’elle suit la volonté de Dieu, sinon elle aurait été arrachée”.

Ce n’est pas si simple !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *